La Pétarade de Brest

Fanfare de rue

Vous êtes ici : Accueil du site > Les anciens

Les anciens

Ils sont partis vers d’autres horizons musicaux mais nous en gardons toujours un souvenir ému. Voici ce que nous écrivions sur eux à l’époque.

Alain

Alain est le meilleur de tous nos saxos ténors, et de loin ! Les mauvaises langues disent que c’est parce qu’il est le seul à en jouer mais nous ne nous arrêtons pas à ce genre de ragot. Sans lui, bien des morceaux perdraient leur cachet si particulier, en même temps qu’un gros paquet de décibels.

Anne-Laure

La preuve vivante qu’on peut être blonde sans être godiche... Anne-Laure fait preuve d’une grande maîtrise du saxo soprano tout autant que d’une sensibilité musicale incontestable. En répétition, elle n’a pas son oreille dans sa poche. Sa langue non plus, d’ailleurs...

Benjamin

Benjamin joue de la caisse claire... oui mais pas n’importe laquelle : de la caisse claire écossaise. C’est un instrument très sonore, pour être entendu des sommets des Highlands sans taper trop fort (pour économiser la peau). D’ailleurs en ce moment il l’économise beaucoup parce qu’on ne l’a pas vu depuis plusieurs semaines. Benjamin, reviens ! On t’aime !

Fox

Clarinettiste inventif et expérimental, Fox refuse de s’astreindre au carcan des partitions. La liberté est son Credo, l’improvisation totale est son objectif ultime... un peu à l’image de sa coiffure. Même maintenant qu’il a coupé ses dread-locks ça reste touffu et libertaire...

Hugues

Hugues est au saxo alto ce qu’Hubert Reeves est au ciel étoilé : un admirateur émerveillé qui va de découverte en découverte. Récemment, il a même découvert qu’il arrivait à jouer un morceau entier.

Jeremy

Jeremy avait tellement envie de se joindre à nous qu’il a décidé d’apprendre la trompette. Et il s’en sort plutôt bien puisqu’on ne l’entend jamais faire une fausse note. À moins que ce ne soit parce qu’on joue plus fort que lui ? Débordé par son travail d’étudiant, Jeremy se consacre désormais à sa formation de master professionnel « image et son ».

Lucie

Cette polysaxophoniste s’adapte à toutes les tailles d’instrument selon les besoins. Les sax altos sont en sous-effectif ? Lucie prend l’alto. Ça manque de basses ? Lucie prend le baryton. Il faut quand même lui reconnaître une petite préférence pour le plus balaise, qu’elle sort de sa caisse à la première occasion.

Maëlle

Maëlle est la Maria Callas de la grosse caisse, elle en joue comme d’autres font de la broderie. Tant qu’on ne l’a pas vue à l’œuvre, on n’imagine pas que l’on puisse frapper sur cet instrument sommaire avec autant de nuance et de délicatesse. Maëlle est partie continuer ses études à Rennes. Les fanfares rennaises vont pouvoir progresser !

Morgan

Avec Morgan, la Pétarade a 6 cordes supplémentaires à son arc. Ou plutôt à sa guitare... Son rêve, c’est de trouver un ampli portatif qui lui permette de rivaliser avec les décibels cuivrés de ses voisins.

Pierre

Pierre arrive tard dans la liste alphabétique. Il n’empêche que c’est l’un des premiers à nous avoir rejoint à la rentrée 2009, avec sa darbouka. Et c’est un bon élément, sérieux, attentif, tout ça... On ne peut pas en dire autant de tout le monde : y’en a qui font exprès de faire rien qu’à dire du mal de ceux qui disent du mal des autres. Pas besoin de les nommer, ils se reconnaîtront.

Rémi

Avec un prénom pareil, ce ne pouvait être qu’un musicien ! Rémi joue tour à tour du djembé ou de la darbouka, une belle darbouka bleue. Ça donne un contraste bizarre avec nos tee-shirts oranges mais Rémi ne changerait la couleur de son instrument pour rien au monde.

Stéphanie

En voilà une qui aime les défis ! Elle a décidé simultanément de se joindre à la Pétarade, de se mettre au saxo baryton et d’apprendre le solfège. D’autres s’y seraient cassé les dents mais pas elle. Quand parfois elle découvre une note inconnue, il lui suffit de demander le doigté à ses collègues et ça roule ! Stéphanie est partie faire un stage (de longue durée !) au Maroc. Mais elle nous reviendra peut-être...

Stéphanie (une autre)

Discrète par nature, Stéphanie a opté pour un instrument qui lui ressemble. La flûte traversière présente en effet un avantage incontestable : on peut se défouler en jouant forte en permanence sans avoir la crainte de couvrir les autres instruments. Et Dieu sait qu’elle en profite !

Tanguy

Ne vous fiez pas à son air de gourou en méditation, Tanguy est un esprit frappeur. Caisse claire, toms, washboard... tout lui est bon pour compléter le pupitre des percussions au gré des besoins.

Agnès

Flûtiste émérite, Agnès se désespérait d’être trop peu entendue mais n’en perdait pas pour autant son sourire indéfectible. Depuis qu’elle s’est mise au piccolo, c’est le bonheur total, elle est devenue la reine du suraigu.

Annaig

Bretonnante autant que souriante, Annaig n’est pas une participante régulière mais elle aime bien donner un coup de main aux percus quand l’occasion se présente. Pour les étrangers à notre belle péninsule, précisons que son prénom se prononce « Annaïk » et non « Annègue ».

Bastien

Bastien a commencé au djembé et s’est vite révélé comme le plus polyvalent de nos « percuteurs », Ce n’est pas un problème pour lui de passer à la grosse caisse, au sifflet à samba, aux maracas, bref à tout ce qui peut faire du bruit en rythme. Sa dernière trouvaille : un wash-board. On le voit peu car il voyage beaucoup mais il garde le contact.

Catherine

La blonde Catherine apporte une touche nordique au pupitre des saxos alto. Danoise ? Suédoise ? Vous n’y êtes pas : le nord de Brest, c’est le Pays des Abers. M’enfin...

Christian

Petit par la taille mais grand par le volume sonore qu’il dégage, Christian souffle dans sa trompette avec passion, ne ratant jamais une occasion pour nous prouver qu’il a une prédisposition naturelle pour les gaffes.

Christine

Enthousiasmée par l’ambiance trépidante de notre groupe autant que par les prestations sonores de son trompettiste préféré, Christine a décidé de se joindre à nous pour le meilleur et pour le pire. Multi-instrumentiste, elle a d’abord tâté des percussions et s’essaie maintenant au soldophone. En progrès constant, elle ambitionne d’arriver à jouer plus fort que Bernard...

Clara

Perpétuellement souriante (voire hilare), Clara apporte beaucoup au pupitre des clarinettes. Aussi à l’aise pour déchiffrer une partition que pour taper un solo ou siffler une bouteille de pastis, rien ne l’arrête !

Corentin

Lorsqu’il est arrivé parmi nous, nous avons appâté Corentin avec notre répertoire classique, puis ça a été la douche froide : l’intro des clarinettes dans Raspoutine. Il ne s’est pas laissé démonté, il est toujours présent à chaque répétition et (presque) à chaque sortie, fidèle parmi les fidèles.

Cyriac

Cyriac est le seul rescapé de la cuvée percus 2010. Beaucoup de présence, de l’attention aux nuances et une inventivité bienvenue à la grosse caisse, ce qui n’est pas si courant.

Cyrille

Le césar du meilleur second rôle ! Cyrille s’est fait une spécialité de l’accompagnement mélodique, de la contre-pompe et de toutes ces petites fioritures indispensables que l’on ne remarque que quand elles s’arrêtent. Au point qu’il oublie parfois de jouer le thème...

Étienne

Étienne rêve de spéléo. Est-ce pour cela qu’il tend à rester dans l’ombre et à se planquer derrière ses petits camarades ? Ne croyez pas qu’il se tourne les pouces pour autant : tous ses doigts s’agitent en cadence sur les clés de sa clarinette pour en tirer les sons mélodieux que vous êtes nombreux à apprécier.

Christophe

Un des plus réguliers parmi les petits nouveaux de la cuvée 2010. Christophe tournait d’une percu à l’autre avec beaucoup de bonne volonté et une forte participation, tant aux répétitions qu’aux sorties. Reviendra-t-il à l’issue des grandes vacances ?

Damien

Voilà un garçon qui a du mérite ! Il n’avait jamais touché un banjo de sa vie et il s’est laissé refiler un instrument au son pourri s’il en est, aux cordes grésillantes et surélevées. Eh bien il arrivait à en tirer des accords qui ressemblaient à de la musique. Étonnant, non ? Après un an de ce régime, enthousiaste mais réaliste, il a préféré s’acheter son propre instrument, et à 4 cordes s’il vous plaît ! Dommage que ses études l’accaparent, on ne le voit qu’en pointillés.

Ewen

Après un passage remarqué (on pouvait enfin jouer quand Bernard était absent, même si c’est très rare...), Ewen nous a quittés pour un autre groupe plus funky. Mais on a déjà eu l’occasion de rejouer ensemble et gageons qu’on se reverra.

François

François s’est très vite fait remarquer par l’enthousiasme avec lequel il frappait sur son djembé, au point de commencer avant tout le monde et de continuer à jouer quand tous les autres avaient fini. Ces petits défauts ont été vite corrigés et il s’est essayé à d’autres membranophones. On le voit moins régulièrement ces derniers temps mais il revient de temps en temps cogner sur un pauvre instrument sans défense.

Jérémy

Voilà une recrue comme on les aime ! Toujours partant pour aller souffler un coup, avec un beau son cuivré qui fait chaud au cœur... et aux oreilles. Et quand il aura appris tout le répertoire et qu’il pourra jouer sans partitions, vous allez voir ce que vous allez entendre ! Dommage qu’on ne le voie plus depuis quelques mois.

Sophie

Encore une qui fait mentir la réputation déplorable des blondes ! Sophie a débuté la clarinette chez nous mais ça ne s’est pas remarqué, on aurait dit qu’elle en avait joué toute sa vie. Au point qu’elle s’est imposée petit à petit comme un des piliers incontournable de notre fanfare. Elle est partie pour plusieurs mois à l’étranger mais elle a promis de revenir !

Tangi

Après avoir été un pilier du pupitre des trompettes, Tangi a préféré se recentrer sur son instrument de prédilection : le cor. Mais il tourne mal : ces derniers temps, il joue plus souvent en orchestre classique qu’en fanfare...

Alexandre

Recrue de l’année 2010, on l’a vu un peu au début, puis il a eu tendance à se faire désirer.

Amélie

Polyvalente et efficace, Amélie passe du saxo alto à la caisse claire avec une aisance qui laisse pantois (à mon cou). Ses qualités musicales ne font aucun doute : dès la première fois qu’elle nous a entendus, elle a su que nous étions la fanfare qu’il lui fallait. Par contre, en ce moment elle est plutôt coincée entre ses études et sa pitchouninette, ça limite les prestations.

Audrey

Audrey a fait un bref passage parmi nous, histoire de consolider son apprentissage du saxo.

Bruno

Après des débuts prometteurs à la darbouka et à la caisse claire, Bruno a disparu de la circulation. Le reverrons-nous ?

Éric

On aurait pu l’appeler Désiré, tant le pupitre des trombones à coulisse demeurait si souvent vide. Il jouait bien, il jouait juste (ce qui n’est pas le cas de tout le monde), il jouait vite (idem)... On y a cru plusieurs mois mais il a fini par aller voir ailleurs sans qu’on sache pourquoi. Éric, tu reviens quand tu veux !

Laura

Depuis que Damien a acheté son propre instrument, c’est Laura qui a hérité du banjo collectif, une sorte de poêle-à-frire qui sonne comme une casserole et vous met les doigts en purée. C’est dire son abnégation, sa bonne volonté... et ses talents culinaires ! Mais on n’a jamais pu la convaincre de venir jouer en public et elle se fait rare...

Laurence

Entre Laurence et nous, c’est une histoire d’Amour : elle est venue un soir nous écouter répéter et depuis elle ne nous quitte plus. Voilà une clarinettiste qui promet... et qui tient déjà ses promesses !

Ludovic

Ludovic est facilement reconnaissable : ses mains s’agitent tout le temps. Et quoi de mieux que de les agiter sur une caisse claire ? Donnez-lui n’importe quoi pouvant faire office de baguettes (crayons, cuillers en bois, balayettes...) et éloignez-vous car c’est un gros producteur d’ondes de choc !

Morgane

Morgane jouait de la flûte irlandaise (tin whistle), l’instrument le plus petit de la fanfare après le sifflet à samba. Elle n’avait pas la tâche facile car nos partitions sont truffées de bémols, et c’est franchement coton à faire sur ce petit tube à 7 schtroumpfs, Avant que le découragement ne la saisisse, elle a déniché un sax alto et s’essaie au maniement des clés. Ça vient, ça vient, et même plutôt bien...

Simon

Simon jouait du banjo avant d’intégrer la fanfare. C’est dire s’il s’y connaît ! Il est capable de jouer à peu près n’importe quoi, n’importe quand, n’importe où... sauf à Bayonne : il connaît tellement de monde là-bas que la tournée des copains lui prend tout son temps !

Thierry

Ce n’est pas une loco, c’est un TGV ! Certains disent qu’il est né avec un saxo alto entre les mains, d’autres affirment qu’il jouait déjà Wallace et Gromit à trois ans ! Il est toujours partant pour taper un solo ou remplacer une voix qui manque. Et ça tombe bien parce qu’on a parfois du mal à être au complet.

Trapouille

Une recrue d’exception ! Il lui arrive de faire valoir ses talents avec d’autres énergumènes du genre bruyant mais c’est quand même avec nous qu’il joue le mieux du saxo baryton.

Ysoline

Une valeur sûre, tant au saxo alto qu’au rugby féminin. Si elle marque les essais aussi bien qu’elle expédie les doubles croches, Brest est champion d’Europe dans peu de temps ! Depuis qu’elle nous a vendus ses calendriers des « déesses du stade », beaucoup de fanfarons souhaiteraient qu’on recrute ses copines. Ah ! les mecs, tous les mêmes !

Lilou

La percussionniste venue de l’est asiatique. On ne la voit plus beaucoup mais elle ne nous oublie pas, elle nous amène même ses copines pour la remplacer.

Thomas

le roi du balai... sur caisse claire.

Xavier

qui se débrouillait bien à la trompette... quand il avait ses partitions.

Dernière modification le 2 juillet 2015
SPIP | Plan du site